Accueil Fête des Lumières La fête des lumières : Lyon capitale de la lumière

La fête des lumières : Lyon capitale de la lumière

Cette édition 2022 place les visiteurs au coeur de la fête, notamment en les invitant à danser lors d’un bal lumineux aux Subsistances, à entonner de vieux tubes à l’unisson Place des Terreaux, ou encore à profiter d’une pause conviviale et gourmande sur la Place Bellecour ou au sein du Parc Blandan.

0
Cymopolée, place de la République - Luminariste
Cymopolée, place de la République - Luminariste
Dossier de presse #FDL2022 Les 8, 9 et 10 décembre : 20h – 00h – Le 11 décembre : 18h – 22h Parc Blandan, du 8 au 11 décembre : 17h30 – 21h30
Lyon est une cité de confluence de l’espace et du temps. Elle vibre de bien desinfluences, attire à elle, invente, retient… même la lumière. La marque de sa magieintemporelle, de sa générosité accueillante, de sa créativité millénaire et de la vivacitéfantastique de tous ses habitants. Chaque année, autour du 8 décembre, la magie reprend.
Invitation au voyage, au partage, invitation à la poésie et au mouvement, la Fête desLumières va se propager à nouveau de places en rues et de rues en quartiers, en cette fin d’automne 2022. Cours d’eau, esprits du cinéma, poumons verts, collines, jardins,crépuscule flamboyant, Lyon offre un cadre idéal pour cette rencontre magistrale desspectres lumineux et d’un patrimoine bâti, unique en son genre. Lequel en ressort éblouissant !
C’est surtout l’évènement populaire et festif majeur du calendrier lyonnais, qui fédère tous les publics et célèbre son identité de la manière la plus ouverte et la plus accueillante qui soit. Une atmosphère de poésie et d’émerveillement attend le visiteur. Cette fois, particulièrement, le charme promet de se répandre à l’est, à l’ouest, au sud,de plus en plus loin, comme un génie tiré d’une lampe et qui avance une torche à la main pour tout illuminer.
Au niveau de la place Bellecour, nous créons cette année, dans la sobriété, un espace qui combine oeuvres « lumière » et espaces de restauration pour rester dans l’ambiance tout en exacerbant la sociabilité festive. Au parc Blandan, s’installeront de nouvelles propositions destinées aux enfants. Le parc de la Tête d’Or offrira à toutes et tous des moments fantastiques. Au-delà de ces quelques échantillons, on croisera de-ci, de-là des projets participatifs, des initiatives engagées, inventives ou d’une richesse artistique comme à peu près jamais.
Toujours plus accessible, notre Fête combinera sens et expériences, maîtrise et splendeurs. Plus que dans un rêve, elle a pour projet d’embarquer, d’envelopper dans un monde onirique et collectif. Il n’y a plus qu’à profiter intensément.
Grégory Doucet, Maire de Lyon
SOMMAIRE
Le 8 décembre, un peu d’histoire
Édition 2022 : un fort renouvellement artistique
La programmation artistique
Les jeunes artistes dans la lumière !
Un événement à hauteur d’enfants
Une fête solidaire : les Lumignons du Coeur
Un événement sobre en énergie
Lyon, capitale de la Lumière
Vers une Fête plus accessible et inclusive
Découvrir Lyon, son patrimoine, ses expositions
Les 30 créations
 – Time
Le voyageur céleste
Inside / Out
Nouvelle vague
Le bal lumière
Expérimentations étudiantes
Grand Mix au Musée des Beaux-arts de Lyon
UNICODE光3D
Eikosis
Planétoïdes
J’ai attrapé un…
Cymopolée
Murmuration
Menschen
 I ♥ LIGHT
Mirror Mountain
– Soi-même
– The shape of things to come
Alcove LTD
–  Agorythm
Firefly field
Le parc du nombre d’or
Les Lumignons du coeur
Urban Oracle
Groovy bibli
Gazouillis
Luminous Book
Beacon
Caché dans la ville
Pulse
LE 8 DÉCEMBRE, UN PEU D’HISTOIRE
L’origine de la Fête des Lumières remonte à plus d’un siècle et demi.
Le 8 septembre 1852, les autorités lyonnaises avaient prévu d’inaugurer une statue de la Vierge Marie sur la colline de Fourvière, en remerciement de la protection accordée à la ville depuis le Moyen-Âge. Toutefois, en raison de violentes intempéries, l’événement est reporté au 8 décembre. Le beau temps n’étant une nouvelle fois pas au rendez-vous, il est envisagé de repousser les festivités. Dans un élan populaire, les Lyonnais et Lyonnaises ont alors spontanément illuminé balcons et fenêtres avec des lumignons.
À partir des années 1960, cette tradition de mise en lumière se décline avec les concours d’illuminations de vitrines, qui marquent à la fois le début des festivités de fin d’année et les célébrations religieuses du 8 décembre. La Fête des Lumières, dans son format actuel d’événement artistique consacré à la lumière, existe depuis 1999.
DATES CLÉS
8 Déc 1852 – Inauguration de la statue de la Vierge Marie à Fourvière
1860 – Concours de vitrines des commerçants des métiers de bouche
1989 – Premier Plan Lumière
1999 – Première édition d’un évènement lumière sur quatre soirs
2001 – La Fête des Lumières devient un évènement majeur à Lyon et dans la France entière
2005 – Deuxième Plan Lumière Création des Lumignons du Coeur
2009 – Premières collaborations à l’international
2023 – Troisième Plan Lumière
ÉDITION 2022 : UN FORT RENOUVELLEMENT ARTISTIQUE
Après une édition de transition en 2021, encore marquée par les incertitudes liées à la pandémie de covid-19, la Fête des Lumières 2022 trouve un nouveau souffle.
De nombreux artistes emblématiques de la création contemporaine dans le domaine de la lumière viennent pour la première fois présenter leurs oeuvres à Lyon. Ces talents venant de France, d’Espagne, d’Italie, du Royaume-Uni, du Danemark, des Pays-Bas, de Suisse et du Congo, se saisissent des nouvelles technologies pour créer des projections monumentales, des installations immersives et des objets lumineux.
Ces artistes reconnus sur la scène internationale offrent des propositions intimistes ou spectaculaires, un regard toujours sensible et souvent poétique sur notre monde et ses fragilités, tout en ayant à coeur d’inscrire leurs créations dans une démarche sobre et écoresponsable.
Cette édition placera les visiteurs au coeur de la fête, notamment en les invitant à danser lors d’un bal lumineux aux Subsistances, à entonner de vieux tubes à l’unisson Place des Terreaux, ou encore à profiter d’une pause conviviale et gourmande sur la Place Bellecour ou au sein du Parc Blandan.
La participation s’ancre encore davantage dans le nouvel esprit de la Fête des Lumières : cette année, les Lyonnaises et les Lyonnais, jeunes et moins jeunes, sont à nouveau sollicités pour participer à l’élaboration de plusieurs projets artistiques.
La Fête des Lumières se veut être celle de toutes et tous, en se donnant les moyens d’accueillir progressivement, et dans de meilleures conditions, les publics qui en sont éloignés, comme les personnes en situation de handicap.
CHIFFRES CLÉS
30 créations dont 17 premières participations
27 sites investis
Plus de 100 étudiants et jeunes créateurs
DATES ET HORAIRES
Les 8, 9 et 10 décembre : 20h – 00h
Le 11 décembre : 18h – 22h
Parc Blandan, du 8 au 11 décembre :
PARC DE LA TÊTE D’OR
Rassemblant quatre projets, parmi lesquels l’opération des Lumignons du Coeur, le Parc de la Tête d’Or offre à lui seul un parcours de visite dans un environnement exceptionnel de tranquillité et de verdure. Une soirée entière peut y être consacrée après avoir longé les berges du Rhône qui accueilleront une oeuvre lumière.
AGORYTHM
Parc de la Tête d’Or – Artistes : Onionlab – Production : Tetro+A
Concentré d’« agora », « algorithme » et « rythme », Agorythm est le nom donné par ses créateurs pour désigner cette installation immersive, véritable voyage poétique dans l’épaisseur de l’intelligence urbaine, au coeur de l’atmosphère paisible du parc de la Tête d’Or.
Des rayons lasers rouges s’entrecroisent horizontalement, nimbant l’obscurité nocturne d’une lueur sanguine. Ces lignes parallèles traduisent visuellement des données sur la ville et son fonctionnement, habituellement invisibles.
Collectées en temps réel auprès d’acteurs lyonnais de la ville intelligente, elles fournissent des indications sur la qualité de l’air et de l’eau, sur la pollution sonore, ou encore sur la densité du trafic vélos.
Les spectateurs peuvent contempler l’activité de ces flux d’intensité variable, ou pénétrer dans la structure géométrique lumineuse formée par la trajectoire rectiligne des lasers. La composition sonore, accordée aux rayons lumineux, donne corps aux variations de données.
À propos des artistes
Basé à Barcelone, Onionlab est un studio multidisciplinaire qui crée dans le monde entier des installations audiovisuelles et des expositions à l’intersection de l’art, du design et des nouvelles technologies.
Connus pour leur projections 3D à l’avant garde technologique du mapping, les artistes du collectif créent également des installations audiovisuelles en collaboration avec des plasticiens et des compositeurs comme Xavi Bove et Zinkman.
Ils participent à des événements d’envergure mondiale, telles que les expositions universelles, la Biennale de Venise ou le Mobile World Congress.
LE PARC DU NOMBRE D’OR
Parc de la Tête d’Or Artiste : Javier Riera Production : Tetro+A
La légende raconte que le Parc de la Tête d’Or recèlerait un trésor enfoui contenant un masque d’or. Javier Riera s’en est inspiré pour imaginer la présence au sein du parc d’une énergie psychique, une lumière dorée enfouie rayonnant d’un endroit inconnu, entrant en résonance avec l’image d’une lumière cachée en chacun de nous.
Utilisant les arbres comme un immense écran de 100 mètres de large, la projection de motifs géométriques en évolution révèle un monde abstrait, profond et mathématique, dont les formes connectées les unes aux autres constituent un ensemble cohérent et créent une expérience esthétique de connexion avec la nature.
Les formes projetées sont réalisées à partir d’équations dans lesquelles sont introduites les séquences de Fibonacci, le nombre d’or et autres particularités numérales présentes dans la nature et la botanique.
À propos de l’artiste
À l’origine peintre et photographe, Javier Riera crée depuis 15 ans des interventions lumineuses en milieu naturel. Cet artiste espagnol est l’auteur de nombreuses installations en Europe et aux Etats-Unis, parmi lesquels Parametricos (Madrid, 2017) et des projections pérennes dans les rues et jardins de Valence et Saint-Jacquesde-Compostelle.
Ses abstractions lumineuses ont également été plébiscitées lors d’Annecy Paysages (2018/2019), du festival Lumière de Durham (2019 et 2021) et dans les villes de Prague, Zagreb et Miami. Son travail est exposé dans les plus grands musées contemporains d’Espagne et il est représenté à New York par la galerie Sous Les Etoiles.
Aussi dans le 6e arrondissement 
Parc de la Tête d’Or Artistes : Studio Toer Production : Baam Productions
FIREFLY FIELD 
Des centaines de lucioles s’élèvent au-dessus du sol et composent une scène lumineuse hypnotique.
Berges du Rhône / quai de Serbie Artistes : Encor Studio – Production : Mirage Production
ALCOVE LTD
Une boîte lumineuse subit différentes transformations grâce au jeu de films à cristaux liquides, et emmène les visiteurs dans une expérience immersive.
Allée Achille Lignon Artistes : Ultravioletto – Production : Baam Productions
URBAN ORACLE
Cette sculpture composée de douze trames lumineuses propose une réinterprétation numérique des oracles, anciennes formes de divinations.
TIME
5ème ARR Cathédrale Saint-Jean Artistes : Filip Roca (image) / Zarko Komar (son)
Production : Animalux Un projet mécéné par SONEPAR – Le Mat Electrique
Qu’est-ce que le temps, où se situent passé, présent et futur ? Time emmène le spectateur dans un voyage éphémère qui veut créer et donner le sentiment du temps qui passe.
L’ensemble de l’oeuvre est réalisé dans des simulations informatiques tridimensionnelles de particules et de dynamique physique, reproduisant les lois de l’univers. Des images en ultra haute définition, issues d’algorithmes génératifs, viennent s’imprimer sur la façade de la cathédrale, tandis que la composition sonore mêle des rythmes contemporains avec la musique d’un quatuor à cordes. Cette projection paisible et relaxante vient illustrer la beauté inquiétante du temps qui passe.
À propos des artistes
Filip Roca – Image
Filip Roca vit et travaille à Lisbonne. Il crée depuis 10 ans des projections  vidéo architecturales, la production d’objets en mapping et des vidéos génératives, dont les narrations visent à casser les codes traditionnels du storytelling. Son travail a été présenté dans le monde entier. Il a collaboré notamment avec des studios et artistes comme Laszlo Bordos, The Macula, Hyperbinary, et Tigrelab.
Zarko Komar – Son
Zarko Komar occupe une place unique sur la scène musicale européenne, tirant parti d’influences diverses allant du jazz aux musiques contemporaines en passant par la musique électronique. En 2021, il a publié l’album Axis to Axis, qui associe psychédélisme hypnotique et moments d’Ambient Dub.
LE VOYAGEUR CÉLESTE
5ème ARR Colline de Fourvière – Artistes : Les Ateliers BK et Jérôme Jouvray – Production : BK international
Du chevet de la Cathédrale Saint-Jean au Palais de Justice, le bas de la colline de Fourvière se transforme en un écran géant pour suivre les aventures d’un petit explorateur de l’espace, intrépide et curieux à la découverte de Lyon.
Ce personnage de bande dessinée créé par Jérôme Jouvray, habitué des participations au Lyon BD Festival, emmène les spectateurs dans ses péripéties, à la rencontre des merveilles de la ville, dont les couleurs, le patrimoine, les fleuves et les quartiers se révèlent peu à peu au fil d’un voyage onirique tour à tour contemplatif et burlesque. Au cours de son périple, le jeune explorateur fera la connaissance d’un petit compagnon à fourrure qui lui servira de guide malgré lui.
A propos des artistes
Les Ateliers BK est un studio de création lyonnais composé de professionnels de l’image en illustration, animation et communication, basé à Paris et à Lyon depuis 2012.
Spécialisés dans le mapping vidéo architectural et l’image animée grand format, les artistes conçoivent et créent des contenus visuels animés destinés à la scène, à l’espace public, aux événements et participent aux expériences des marques.
Aujourd’hui, l’entreprise se développe en s’implantant à Dubaï et en Chine.
Pour la conception du Voyageur Céleste, Les Ateliers BK s’est associé à Jérôme Jouvray, auteur de bande dessinée lyonnais.
GRAND MIX AU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE LYON
Place des Terreaux – Artistes : INOOK : Moetu Batlle et David Passegand Production : INOOK Un projet mécéné par EDF
Un vent de folie souffle au musée des Beaux-Arts !
À la nuit tombée, les portraits sortent du cadre, pour se donner en spectacle sur les façades du musée. À tour de rôle, leurs visages s’animent, leurs corps se mettent en mouvement, et ils entonnent des airs que chacun reconnaîtra, tandis que l’architecture de la façade prend vie au rythme des chansons.
Les spectateurs sont invités à chanter et à danser à l’unisson sur la place des Terreaux sur un répertoire d’une quinzaine de titres, aussi variés que populaires, allant de Britney Spears à Nino Ferrer, en passant par Aretha Franklin et Claude François.
Cette chorale d’oeuvres muséales transporte le public dans l’Histoire de l’art, et l’invite à rêver, tout en apportant un nouveau regard sur les collections et en rendant les oeuvres plus accessibles.
Ce récital insolite et jubilatoire a pu être réalisé grâce à une première mondiale : l’utilisation en projection monumentale de la technique du Deep Fake, un procédé qui repose sur l’intelligence artificielle, permettant de donner vie de façon très réaliste à des portraits figés.
À propos des artistes
Diplômés de l’ESDI, Moetu Batlle et David Passegand ont créé et développé ensemble depuis 20 ans le bureau de design numérique INOOK. En parallèle, ils créent les Anooki et déclinent cet univers sur différents supports, surtout à travers des spectacles son et lumière et des statues gonflables monumentales, qui font le tour du monde et ont reçu de nombreuses récompenses.
UNICODE光3D
Place Louis Pradel Artiste : Fred Sapey-Triomphe Production : stArter
D’immenses panneaux, disposés parallèlement sur une profondeur de 4 mètres, sont chacun illuminés par des milliers de leds, encapsulées dans des balles de ping-pong. Par un jeu de transparence, les différentes strates de l’image se superposent en trois dimensions, et révèlent une création pointilliste dans l’espace, avec un jeu sur les couleurs qui offre des rapports chromatiques étonnants.
En référence à l’Unicode, un standard informatique qui permet des échanges de texte dans différentes langues à un niveau mondial, ces compositions lumineuses et sonores sans cesse renouvelées rendent hommage à la très grande variété et à la beauté formelle des systèmes d’écriture et de communication inventées à ce jour.
À propos des artistes
Fred Sapey-Triomphe vit et travaille à Paris. Formé à l’école supérieure nationale des Beaux-Arts de Paris et à l’Ecole Boulle, il réalise des installations artistiques numériques, utilisant la lumière comme matière première. Ce plasticien, qui s’est très rapidement tourné vers la vidéo et la photographie, cultive les références à l’Op Art, l’art cinétique et au manga, tout en maniant la technologie pour provoquer une expérience visuelle immédiate. Il a exposé dans plusieurs galeries, festivals et sites publics en France et à l’étranger.
PLACE BELLECOUR
La place Bellecour devient cette année un espace convivial au coeur de la Fête pour venir se détendre. Les visiteurs auront la possibilité de se restaurer parmi une offre de produits de qualité, locaux et durables. Lors de cette pause, ils pourront contempler, voire interagir avec des créations douces et intimistes.
MIRROR MOUNTAIN
Artiste : Nicolas Ticot – Production : XLR Project
Cette sculpture dont la forme évoque une montagne possède des propriétés insolites : entièrement recouverte de miroirs, dans lesquels se reflète son environnement, elle se transforme au gré des lieux dans lesquels elle se trouve.
À la nuit tombée, celle-ci s’illumine et produit des sons. En se mirant dans cette étrange montagne, les spectateurs pourront interagir avec elle et réfléchir à la place qu’occupe l’image dans notre société.
À propos de l’artiste
Nicolas Ticot est plasticien, scénographe, performeur et metteur en scène.
S’appuyant sur les technologies numériques les plus récentes, il élabore des oeuvres interactives complexes avec pour objectif de sensibiliser le public sur des sujets scientifiques et sociétaux grâce à des oeuvres à la portée de tous.
SOI-MÊME
Fondation Bullukian
Artistes : Pierre Amoudruz, Jeunes du SESSAD « Les Passementiers » Production : AADN – Arts et Cultures Numériques
OEuvre collective et participative avec de jeunes autistes.
Fruit d’une collaboration avec de jeunes adultes autistes, l’oeuvre propose aux spectateurs de s’immerger dans leurs imaginaires, ressentir leurs perceptions, les stimulations sensorielles ou émotionnelles qu’ils peuvent éprouver. A la manière d’une tribu muette, des totems motorisés sont installés dans le jardin de la Fondation Bullukian, comme autant de statues étranges : mi-divines, mi-machines. De leur oeil lumineux, elles composent sur les façades une projection mobile et immersive, offrant une plongée visuelle et sonore dans les mondes intimes et les parcelles de rêves d’un autre soi-même.
Avec la complicité d’une musicienne, un vidéaste, une scénographe et une chorégraphe, et une dizaine de jeunes autistes du SESSAD (Services d’Education Spéciale et de Soins à domicile) « Les Passementiers » prennent part à la création de l’oeuvre durant tout l’automne 2022. Dans le cadre d’ateliers d’écriture, d’expression corporelle, de création sonore, de dessin ou encore de mixage vidéo, les participants ébauchent des contenus qui leur ressemblent.
I ♥ LIGHT
Artistes : Adrien Bertrand, Lucie Borel, Marion Chauvin Production : Fils de Créa
Réalisée à partir de 500 vieilles lampes à pied collectées auprès des habitants et reconditionnées avec des leds, cette inscription géante éclaire la place Bellecour et adresse un message porteur d’espoir qui évoque la dimension originelle de la Fête des Lumières.
Les visiteurs s’imprègnent des couleurs douces de cette mise en lumière poétique et dynamique qui invite à la rêverie et à l’optimisme, tout en ayant une portée écologique et solidaire.
À propos des artistes
Fils de Créa regroupe des artistes, artisans et techniciens dans le but de mener à bien tout projet artistique et culturel dans une démarche créative, sociale et responsable.
L’écologie sous-tend l’ensemble de ses oeuvres. Adrien Bertrand, concepteur, illustrateur, scénographe, Lucie Borel, plasticienne, designer d’objet et Marion Chauvin, designer, plasticienne, scénographe, aiment détourner, mixer et multiplier les matériaux qu’ils croisent au fil du temps pour les emmener dans un univers différent de leur terrain d’origine. Ils ont uni leurs compétences et savoir-faire pour proposer I♥ LIGHT, un projet innovant, percutant et porteur de sens.
Un espace de convivialité pour se restaurer
Cette année, l’accueil sur la place Bellecour se fera plus convivial grâce à l’installation d’une offre de restauration éphémère, proposant des produits d’alimentation durable et locale.
J’AI ATTRAPÉ UN…
Quartier Grôlée – Artiste : Stéphane Masson – Production : La Trame Un projet financé par République Grolée Carnot
Un poisson volant, un éléphant chafouin, un cumulonimbus pas très social… ces créatures insolites, fruit des découvertes d’un naturaliste numérique, se matérialisent à tour de rôle derrière les barreaux d’une cage à oiseaux géante. Mais ces apparitions sont-elles bien réelles ou appartiennent-elles au royaume des songes ?
À propos de l’artiste
Artiste vidéaste passé maître dans l’art du détournement, le toulousain Stéphane Masson sème son humour insolite dans notre quotidien, avec ce qu’il qualifie comme des attentats poétiques. Remarqué pour la première fois lors de la Fête des Lumières en 2010, ce trublion inventif trimballe ses drôles d’installations de Bruxelles à Dubaï et de Bucarest à Singapour.
CYMOPOLÉE
Place de la République – Artistes : Luminariste : Marc Sicard et Benjamin Nesme – Production : Luminariste Un projet financé par la CNR
Avec le dérèglement climatique, les tornades, jusque-là cantonnées aux zones subtropicales, sont appelées à se multiplier sous nos latitudes.
Empruntant son nom à la déesse des tempêtes et des catastrophes naturelles, Cymopolée transcrit au coeur de l’espace urbain ce phénomène naturel et terrifiant. L’évolution des données climatiques est traduite en trajectoires et mouvements de lumière et de son, qui s’accélèrent et gagnent en intensité jusqu’à devenir un maelström sensoriel. Tout en alertant sur la gravité de la réalité, cette tornade virtuelle fait souffler un vent de poésie et d’espoir.
À propos des artistes
Luminariste est une agence de conception lumière et vidéo implantée à Lyon. Elle a déjà participé à différents événements parmi lesquels la Fête des Lumières 2021, Chartres en Lumières, et a réalisé des installations éphémères et pérennes pour des entreprises, des musées et des collectivités.
MENSCHEN
Place des Célestins- Artiste : Philippe Morvan Production : Zone One
La Fête des Lumières accueille cette oeuvre initialement présentée à Leipzig en 2019, à l’occasion de la célébration du trentième anniversaire de la révolution pacifique de l’ex-RDA.
En pénétrant dans cette structure circulaire colorée à l’extérieur de multiples rayures, le visiteur s’immerge dans un véritable cabinet de curiosités abritant 960 lampes de poche, chacune d’entre elles symbolisant la mémoire d’un individu. Collectées dans une trentaine de pays européens, celles-ci offrent une incroyable variété d’époques, de couleurs et de design. Les lampes, dotées de leds pilotables, produisent des effets graphiques sur les parois, au rythme d’une composition sonore, créant un envoûtant ballet lumineux.
Menschen, hommage à la diversité culturelle de l’Europe, est également une installation mémorielle qui évoque le souvenir d’un objet jadis présent dans chaque foyer pour guider, rassurer, rassembler et parfois surveiller ou contrôler.
À propos de l’artiste
Philippe Morvan est un scénographe et plasticien lyonnais qui, après avoir travaillé de nombreuses années dans l’univers du théâtre et du cinéma, s’est concentré sur la création d’installations plastiques et scénographiques intervenant dans l’espace public. Ses oeuvres créent des atmosphères lumineuses qui racontent, font rêver, étonnent et rassemblent. Philippe Morvan a été invité à de multiples reprises à la Fête des Lumières et ses installations sont diffusées dans de nombreux événements à travers le monde.
MURMURATION
Place des Jacobins – Artistes : Squidsoup Production : GL Events
Telle une nuée d’oiseaux migrateurs, des centaines de tâches lumineuses volent autour de la fontaine des Jacobins. Celles-ci, connectées en Wi-Fi, communiquent entre elles en émettant du son et de la lumière, et créent ainsi collectivement un essaim audiovisuel de données en réseau se déplaçant dans l’espace réel. Cet écosystème de forces digitales mouvant tourbillonne, tel un vortex vivant de données. Murmuration explore la relation entre le contrôle décentralisé et le comportement de milliers d’individus contrôlant leur propre position indépendamment, mais de concert avec ceux qui les entourent.
À propos des artistes
Le collectif artistique anglais Squidsoup est l’un des pionniers dans la création d’installations immersives conjuguant la lumière, le son et les nouvelles technologies.
Ils proposent des expériences séduisantes et évocatrices invitant le public à voir le monde depuis des perspectives différentes. Leur travail a été vu par des millions de spectateurs à travers le monde, dans des galeries, lors de performances ou d’événements et festivals.
EIKOSIS
Place de la Bourse- Artistes : Jérémie Bellot et Ena Eno (musique) Production : AV Extended
Un grand chat, alliance de métal, de néons et de leds, trône sur la place. Mais cette sculpture lumineuse géante n’est que la transposition physique d’un petit félin virtuel que le public peut aller rencontrer dans le Métavers.
Cette oeuvre et son double numérique constituent la première pièce d’une série de 20 qui seront ensuite créées par l’artiste et présentées dans différents lieux à travers le monde sous forme d’objets lumineux.
Cette création vient questionner les frontières entre le monde physique et le monde numérique. Des panneaux fourniront aux visiteurs des explications pédagogiques sur le projet Eikosis, les NFT et leur fonctionnement.
À propos de l’artiste
Architecte, curateur et artiste plasticien, Jérémie Bellot a fondé le collectif AV Extended, composé d’architectes, de graphistes, de musiciens et d’ingénieurs, qui utilisent les arts technologiques pour transmettre une expérience immersive de l’architecture.
Le travail de Jérémie Bellot propose un regard sur l’espace et les paysages urbains, à la frontière entre réel et virtuel. Ses créations sont présentées dans le monde entier. Il a remporté le Trophée des Lumières à la Fête des Lumières 2021 pour IRIS. Directeur artistique du Festival
Constellations de Metz depuis 2020, il dirige également un projet unique en France de Centre d’Art Numérique, dans le Château de Beaugency.
THE SHAPE OF THINGS TO COME
Place Antonin Poncet – Équipe artistique : Les Petits Labos – Artistes : Diego Ortiz & Hernan Zambrano – Production : Dark Euphoria
Le visiteur s’engage sous une longue arche lumineuse composée de plastiques recyclés, dont la structure évoque celle des nids d’oiseaux. La nature de la lumière qui en émane offre une traduction visuelle de la qualité de l’air environnant.
Au coeur de cette oeuvre à la fois refuge et sentinelle, le public est sensibilisé à l’impact des activités humaines sur la pollution atmosphérique et à des alternatives comme le réemploi des déchets, qui permettent de limiter son empreinte environnementale.
À propos des artistes
Artiste franco-colombien, Diego Ortiz vit et travaille à Marseille. Son travail interroge les rapports entre réalité et fiction par la création de dispositifs interactifs et d’expériences audiovisuelles qui recourent principalement aux technologies mobiles.
Artiste-chercheur en arts et sciences de la lumière, Hernan Zambrano explore des nouvelles formes de production d’un art éco-responsable et engagé dans la préservation des systèmes naturels. Il crée des dispositifs mécaniques et numériques au service de la réalisation d’installations interactives lumineuses et sonores.
Les SUBS
AU-DELÀ DE LA PRESQU’ÎLE
Lieu vivant et véritable laboratoire d’expériences artistiques sur les bords de Saône, les SUBS accueillent cette année deux créations au croisement de la lumière, de la danse et de la musique, pour un rendez-vous festif sous la verrière transformée en salle de bal géant.
Concerts, DJ sets, séquences chorégraphiées, se succèderont au cours des 4 soirs, abrités par une installation lumière spectaculaire réalisée par l’artiste et architecte Nicolas Paolozzi. Un moyen imparable pour se réchauffer lors de ces soirées d’hiver !
LE BAL LUMIÈRE
Mise en lumière : Nicolas Paolozzi / MODULE / Nicolas Paolozzi
8 ET 9 DÉC. – SAPÉS COMME JAMAIS
Artistes : L’Atelier des Artistes en Exil, AfroMundo, Douada Nganga, les Tambours de Brazza, Mass Bintsamu Massamba
Les musiciens et danseurs enflammeront la piste de danse en reprenant les rythmes collés-serrés des rives du fleuve Congo, et rendront hommage aux concours d’élégance de la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes).
10 ET 11 DÉC. – SHAKE SHAKE SHAKE
Artistes : Collectif A/R et les étudiants du CNSMD
Entre le martèlement joyeux des percussions et les chorégraphies endiablées, le public se laissera emporter par la fougue des étudiants du conservatoire pour danser à l’unisson.
Simultanément, le Kraken vivra ses derniers jours aux SUBS. Cette pieuvre architecturale de 15 mètres de hauteur, 25 mètres de profondeur et 180 mètres de tentacules en toile et bois de récupération réalisée par les artistes d’UVLab occupe la cour des SUBS depuis mai 2022. Pour ses adieux, la sculpture monumentale abritera différents stands où les visiteurs pourront se restaurer.
Les SUBS accueilleront également, pour la seconde année consécutive, le Village de la Fête des Lumières et le Lyon Light Festival Forum, rendez-vous international des professionnels de la lumière.
Lyon, ville refuge des artistes en exil
En 2021, la Ville de Lyon, ville refuge, a adhéré au réseau ICORN et rejoint le programme Shelter City pour accueillir des personnes menacées dans leur pays en raison de leurs activités, empêchées dans leur liberté d’expression ou dans leurs combats en faveur des droits humains. La Ville accueille ainsi des artistes en situation d’exil, avec l’aide d’associations engagées pour les droits humains.
BEACON
Jardin de l’Institut Lumière – Artistes : Craig Morrison, Emilien Guesnard et les habitants du 8e – Production : MJC Monplaisir
Beacon est un projet d’envergure, participatif, pluridisciplinaire et européen.
Trois festivals lumières européens (Eindhoven, Lyon et Jyväskylä) ont confié à l’artiste Craig Morrison l’élaboration d’un projet qui s’appuie sur la large implication des habitants dans la conception et la création de l’oeuvre.
A partir d’un canevas de base, un dôme géodésique en bois proposé par Craig Morrison, les habitants du quartier de Monplaisir sont invités à concevoir collectivement leur propre création. D’octobre à décembre, lors de différents ateliers, ils manieront entre autres tissus, pinceaux, matériaux d’éclairage pour habiller ce phare de l’espoir, et créer un événement festif autour de cette installation. La mise en lumière sera travaillée avec l’artiste lyonnais Emilien Guesnard.
Les habitants de chacune des trois villes élaboreront sur le même principe leur propre projet, correspondant à leur culture locale et à leur vision.
Le projet Beacon souhaite inspirer et faire essaimer des process de création d’oeuvres lumières plus résilientes, durables et participatives. Après Eindhoven, Lyon et Jyväskylä, celui-ci devrait investir d’autres festivals lumière à travers le monde.
À propos de l’artiste
L’écossais Craig Morrison est un artiste et directeur de festival qui a développé une pratique multidisciplinaire qui s’attache à mettre en place des processus de création soutenables pour des projets qui conjuguent lumière et technologie.
Membre de longue date de l’association LUCI, il a créé des festivals au Royaume Uni, en Australie et en Asie.
GAZOUILLIS
Place Voltaire Artiste : BIBI – Production : KARKARODON
300 volatiles luminescents forment un jardin d’oiseaux. À leur approche, le visiteur découvre que cette volière géante s’avère être un bestiaire de plastique. Ici, les flacons, bidons et bouteilles ont trouvé une autre vie, un sens nouveau.
Cette oeuvre est le fruit d’un projet participatif et écoresponsable : au cours d’ateliers de pratique au sein des structures sociales du quartier, les enfants ont travaillé, réinterprété et transformé les déchets plastiques pour créer cette oeuvre lumineuse collective.
Au-delà du processus de création, ce travail a permis de sensibiliser les enfants aux enjeux environnementaux. Le projet sera présenté tout le mois de décembre 2022.
À propos de l’artiste
Depuis 1991, en utilisant des accessoires familiers conçus dans une matière éminemment contemporaine – le plastique -, les oeuvres de BIBI sondent notre rapport à notre environnement et notre capacité à affronter nos contradictions concernant nos déchets.
Autodidacte, en marge du réseau institutionnel, BIBI propose depuis 30 ans des installations dans l’espace public, utilisant toujours le plastique et souvent la lumière, pour questionner les rapports de l’homme avec la « nature » et surtout ses natures. Il a participé plusieurs fois à la Fête des Lumières et propose ses créations à travers le monde (Singapour, Montréal, Shanghai, Dubaï, Moscou, Sydney…). Aujourd’hui, il développe des projets participatifs à grande échelle avec les enfants et les personnes en situation de handicap.
GROOVY BIBLI
Bibliothèque Municipale de Lyon Part-Dieu – Artistes : Leslie Labonne et Flore Siesling – Production : Studio Dichro
Pour célébrer ses 50 ans, la Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu assume sa maturité et revêt sa tenue pop. Couleurs flashy, effets de matière, jeux de lumières colorés et psychédéliques invitent, dès la sortie de la gare de la Part-Dieu, à une plongée festive dans l’univers visuel « feel good » des seventies. Cette installation lumière, visible de jour comme de nuit, rend hommage aux technologies passées, aux jeux de réflexions et aux matériaux low tech qui, en harmonie avec l’architecture du bâtiment, possèdent encore le pouvoir de nous émouvoir.
Cette oeuvre sera visible jusqu’en mars 2023.
À propos des artistes
Leslie Labonne, architecte de formation, évolue depuis 2005 dans la conception lumière et dirige aujourd’hui l’agence LrêveL. Flore Siesling est titulaire d’un master en Arts Appliqués « Design Image couleur » et collabore à de nombreux projets de conception lumière.
PULSE
Hôpital Saint-Joseph Saint-Luc – Artiste : Emilien Guesnard
La nuit venue, tel un coeur, Pulse s’éveille dans un battement intense, réveillant nos émotions, sources de vie. Cette pulsation lumineuse, inspirée par le système cardiaque et sanguin, part du centre de la façade de l’hôpital et s’ouvre sur un chemin de faisceaux laser, évoquant l’ouverture de l’établissement sur la ville. Cette oeuvre, proposée dans le cadre des 20 ans de l’hôpital Saint-Joseph Saint-Luc, sera visible jusqu’au 31 décembre.
À propos de l’artiste
Plasticien et concepteur lumière lyonnais, Emilien Guesnard crée des installations lumineuses et sonores qui questionnent le monde et ses changements. Il mélange la lumière sous toutes ses formes à des sonorités envoûtantes qui projettent notre imaginaire dans d’autres mondes. Il participe cette année pour la 3ème fois à la Fête des Lumières.
LES JEUNES ARTISTES DANS LA LUMIÈRE !
Lors de la Fête des Lumières, les artistes reconnus mondialement côtoient les jeunes talents, qui viennent présenter ici, parfois pour la première fois, leurs créations au grand public. La Fête leur offre un véritable tremplin, avec des sites qui leur sont spécialement consacrés, comme la place Sathonay, la place de la Paix et la place Rambaud pour les étudiants et la Gare Saint-Paul pour les jeunes créateurs dans le domaine du mapping vidéo.
NOUVELLE VAGUE
Gare Saint Paul – Artistes : Franck Dion, Stéphanie Léonard, Cindy Lo et Kateryna Pits – Production : Rencontres audiovisuelles, Loom Prod Un projet financé par SNCF Voyageurs et Keolis
Les façades de la Gare Saint Paul deviennent le terrain de jeu de 4 jeunes artistes dans le domaine du mapping, sélectionnés par les Rencontres Audiovisuelles des Hauts-de-France, invités à réaliser une projection vidéo architecturale. Leur oeuvre est le fruit d’un travail de plusieurs semaines, initié en septembre dans le cadre d’une résidence à Lille accompagnée par l’artiste reconnu Romain Tardy.
À propos de l’artiste
Franck Dion, avec Au train où vont les gens, transforme la façade en un théâtre à l’ancienne, où des éléments de décors en trompe l’oeil animés par une machinerie, mettent en scène les pensées de certains passants de la gare. Musique et sound design : Eric Bejarano
Stéphanie Léonard, avec Bonne Arrivée, embarque le spectateur dans un ébouriffant tour de roller coaster à la découverte des travers secrets de la gare.
Musique : Géraldine Kwik
Cindy Lo, avec Regarder avec d’autres yeux, offre une chorégraphie végétale et multicolore pour découvrir la flore lyonnaise, en faisant référence visuellement aux structures des jardins que l’on pouvait trouver dans le quartier au Moyen-Âge.
Musique et sound design : Géraldine Kwik
• L’artiste ukrainienne Kateryna Pits interroge avec BLACK SUN les degrés de liberté des frontières instables entre des oppositions apparemment trop connues, formant les dichotomies de base : aléatoire/algorithmique, naturel/artificiel, animé/ mécanique, réel/imaginaire, analytique/synthétique, authentique/contrefait, universel/particulier, narratif/structurel…
Musique et sound design : Géraldine Kwik
EXPÉRIMENTATIONS ÉTUDIANTES
Place Sathonay, Place Rambaud, Place de la Paix Artistes : Les Grands – Ateliers et les étudiants du territoire – Production : Les Grands Ateliers Un projet mécéné par SONEPAR – Le Mat Electrique
Pour cette nouvelle édition de la Fête des Lumières, les lauréats des expérimentations étudiantes retrouvent la place Sathonay, la place de la Paix et investissent également la place Rambaud à proximité.
Le public pourra découvrir 16 oeuvres créées par 41 étudiants en art, architecture ou design, sélectionnées par Les Grands Ateliers de Villefontaine à l’issue de son appel à projet annuel (École de Condé, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, École Nationale des Beaux-Arts, École Presqu’île, École Supérieure des Arts Appliqués La Martinière Diderot).
Ces jeunes talents donnent une dimension tour à tour insolite ou poétique à leurs objets et scénographies lumineuses. Les Expérimentations Etudiantes ont offert un véritable tremplin à certains artistes reconnus, tels que Benedetto Buffalino et Alexis Chaumont.
LUMINOUS BOOK « LA MANU À LIVRE OUVERT »
Manufacture des Tabacs – Université Jean Moulin Lyon 3
Artistes : Les apprentis de la Licence Professionnelle Conception et Management en Éclairage de l’Université Jean Moulin – Production : IntensCity – Pierre-Yves Toulot
Les étudiants ont été invités à créer cette année une mise en lumière sur le thème du livre. Ils investissent la cour Sud de la Manufacture des Tabacs avec différentes propositions de projections d’images en façades et jeux de lumière, réalisées dans le cadre d’un Workshop pédagogique par les apprentis de la Licence Professionnelle Conception et Management en Éclairage de l’Université Lyon 3.
UN ÉVÈNEMENT À HAUTEUR D’ENFANTS
Pour cette édition 2022, les enfants sont à nouveau pleinement associés à la Fête des Lumières, grâce à une animation pensée à leur dimension au sein du Parc Blandan, et des dispositifs ludiques et pédagogiques conçus pour s’imprégner de la tradition de la Fête et de sa programmation artistique.
CACHÉ DANS LA VILLE
Parc Blandan – Artistes : Théoriz -Production : Pôlette
Investi par les artistes lyonnais de Théoriz, le parc Blandan offrira une déambulation parmi 9 installations lumineuses qui font écho à la nature et l’atmosphère du parc. Au fil d’un parcours teinté de poésie et d’onirisme, les enfants pourront littéralement jouer avec la lumière et vivre de véritables expériences sensorielles.
Sur leur chemin, ils rencontreront ainsi d’étranges fleurs réagissant à leur voix. Un peu plus loin, grâce à une lampe de poche, ils surprendront un ballet de poissons colorés. Le temps de se faire joliment grimer le visage de quelques traits de couleur phosphorescente, leur silhouette viendra à leur tour illuminer la nuit.
Les aventuriers en herbe se lanceront, en compagnie de danseurs, dans un jeu de piste dont les énigmes se dévoileront sous l’effet de la lumière. D’autres expériences aussi poétiques et insolites viendront jalonner leur balade nocturne dans le parc.
Ateliers, livret pédagogique : des outils de médiation pour le jeune public
La Ville de Lyon a conçu, en collaboration avec Maison Georges, un carnet de jeux pour aider les enfants à se familiariser avec les démarches artistiques. Cette édition met les lumignons à l’honneur, au travers d’un récit de l’histoire de la Fête des Lumières. Des ateliers thématiques dans les accueils de loisirs ont également lieu parallèlement, dans 12 accueils de loisirs lyonnais.
UNE FÊTE SOLIDAIRE : LES LUMIGNONS DU COEUR
Parc de la Tête d’Or
Chaque année, l’opération des Lumignons du Coeur permet aux Lyonnaises, Lyonnais et aux visiteurs de réaliser un geste de générosité collectif pendant la Fête des Lumières en achetant un ou des lumignons au prix unitaire de 2 euros.
Les sommes sont récoltées au profit d’une organisation caritative. En 2022, c’est la Fondation Armée du Salut qui sera la bénéficiaire de cette action solidaire.
La Fondation accompagne chaque jour des personnes qui ont connu des moments de rupture de vie liés à des accidents physiques, personnels ou professionnels. Elle offre aux personnes en situation de précarité un logement, de l’accompagnement et de la réinsertion sociale et professionnelle.
La Fondation accueille actuellement 120 salariés en insertion professionnelle et 1 500 personnes au sein de centres d’hébergement, dont 785 enfants.
La totalité des fonds récoltés grâce aux Lumignons du Coeur financera des activités et vacances à tous ces enfants des centres. 35 lumignons achetés équivaudront à une journée de loisirs pour un enfant et 70 lumignons achetés lui financeront 2 jours de vacances en camp.
Les Lumignons du Coeur investissent cette année la Roseraie du Parc de la Tête d’Or (Lyon 6ème). Alors qu’elle se pare à chaque printemps de ses plus belles fleurs, la Roseraie revêtira son manteau d’hiver et se transformera en un jardin de lumière, composé de bouquets de fleurs de lumière, de fleurs de lumignons et d’herbes aquatiques. 270 bouquets viendront habiller l’espace avec un total de plus de 3 000 fleurs… de lumière, de lumignons, de roseaux.
Chaque soir, les lueurs de plus de 12 000 lumignons brilleront sur cette installation contemplative. Cette immense fresque lumineuse sera complétée par les dons de lumignons pendant les 4 soirs.
UN ÉVÉNEMENT SOBRE EN ÉNERGIE
Depuis de nombreuses années, la Ville de Lyon est particulièrement attentive à une consommation énergétique maîtrisée de la Fête des Lumières.
À partir d’une analyse réalisée en 2019, le montant de la consommation électrique liée à la Fête des Lumières est estimé à seulement 0,1 % du montant total de la facture d’électricité pour l’éclairage sur une année, soit 0,36 jours de consommation annuelle. Ce chiffre s’explique par différents facteurs :
• les installations lumineuses utilisent très majoritairement la technologie Led, très peu énergivore ;
• les matériels utilisés offrent une bonne performance énergétique ;
• les mises en lumières de nombreux sites patrimoniaux (Cathédrale Saint-Jean, Palais de Justice, Basilique Notre-Dame de Fourvière, Théâtre des Célestins, etc) sont éteintes pendant la Fête.
Alignée avec la politique de transition écologique et durable de la Ville de Lyon, la Fête des Lumières poursuit également l’ambition d’aller vers plus d’écoresponsabilité, en s’engageant dans la démarche de certification « Management d’événement durable » (ISO 20121) qui amènera à aménager l’événement dès 2023.
Parallèlement, un critère sur l’impact environnemental est intégré à la sélection des oeuvres.
LYON, CAPITALE DE LA LUMIÈRE
La Ville de Lyon est considérée comme la référence en matière de création lumière, qu’il s’agisse d’oeuvres éphémère ou d’éclairage urbain pérenne.
Rendez-vous incontournable des artistes français et internationaux, la Fête des Lumières fait référence au niveau mondial en matière d’émergence et de reconnaissance des talents dans le domaine de la lumière.
Pionnière dans la mise en valeur du patrimoine et de l’espace public par la lumière, la Ville de Lyon est reconnue pour son savoir-faire et a mis son expertise dans ce domaine au service de plusieurs villes étrangères. La lumière est mise au service de la valorisation des édifices, des places, des ponts de la ville et fait également partie intégrante du patrimoine de la ville.
Les Plans Lumière permettent de concilier une approche esthétique et patrimoniale avec des préoccupations fortes en matière de sobriété énergétique et de préservation de la biodiversité en ville. C’est avec l’ambition d’aller encore plus loin sur chacun de ces sujets que la Ville de Lyon a entamé des travaux pour l’élaboration de son troisième Plan Lumière. Sobriété et préservation de la biodiversité, qualité de la lumière pour tous et sur tout le territoire, participation accrue des citoyens à l’élaboration des ambiances lumineuses, sont les principaux enjeux de cette démarche qui s’achèvera courant 2023.
Le Lyon Light Festival Forum questionne le futur des festivals lumière
Les 8 et 9 décembre aux SUBS, le Lyon Light Festival Forum questionne le futur des festivals lumière. Organisé par l’association LUCI et la Ville de Lyon, le Lyon Light Festival Forum constitue le rendez-vous international des professionnels de l’éclairage consacré à la lumière créative. A l’occasion des 20 ans de LUCI, cette édition se penchera sur le futur des festivals urbain, en croisant les regards sur l’éco responsabilité, la durabilité, la co-création, les collaborations internationales, etc.
LUCI, le réseau mondial des villes lumière
LUCI rassemble 70 villes qui utilisent la lumière comme un outil majeur de leur développement durable, économique, social et culturel ainsi que plus de 40 membres associés. Par ses actions, LUCI accompagne les villes dans leur progression vers une utilisation plus durable de la lumière et des espaces urbains tournés vers le citoyen.
VERS UNE FÊTE PLUS ACCESSIBLE ET INCLUSIVE
La Ville de Lyon souhaite renforcer l’accessibilité de la Fête des Lumières à tous les publics.
Cette année, en partenariat avec l’association AMAAC et l’entreprise Inclusiv’Events, la Ville de Lyon met en place un programme destiné à renforcer l’accessibilité, en appréhendant les divers types de handicap (sensoriel, moteur et mental) et en proposant des solutions adaptées pour chacun.
Celui-ci se décline en plusieurs axes :
Une communication améliorée en amont et pendant la Fête des Lumière,
La formation des agents assurant l’information des visiteurs au niveau de l’accueil des sites, des chalets, des parkings, etc.
L’expérimentation de dispositifs spécifiques au Parc de la Tête d’Or et sur la place des Terreaux : Handi-accueil, intermédiation en langue des signes, prêt de fauteuils roulants, de gilets vibrants, service d’audio description et/ou de souffleurs d’image.
La création de parcours spécifiques accompagnés et sécurisés.
Un travail sur le stationnement et l’accès aux transports en commun.
Le développement d’un projet artistique avec des jeunes talents autistes.
Au-delà de cette première étape, la Ville de Lyon entend aller encore plus loin au fil des éditions, notamment avec le soutien de mécènes qui permettrait de proposer davantage de parcours et de services sur un plus grand nombre de sites.
DÉCOUVRIR LYON, SON PATRIMOINE, SES EXPOSITIONS
Venir à Lyon pour la Fête des Lumières, c’est aussi se donner le temps de visiter la ville dans la journée afin d’explorer notamment la richesse de son patrimoine, des vestiges antiques de l’ancienne capitale des Gaules aux maisons des Canuts qui ont marqué l’histoire sociale de la ville au XIXème siècle, en passant par le quartier Renaissance du Vieux Lyon.
C’est aussi l’occasion de profiter d’une partie de l’activité culturelle foisonnante de Lyon, en visitant quelques-unes des nombreuses expositions du moment.
Lyon vibre cette année au rythme de la Biennale d’Art contemporain, placée pour cette 16ème édition sous le signe de la fragilité. Cet événement investit les Usines
Fagor, le Musée Guimet (ancien musée d’histoire naturelle) et le Musée d’Art Contemporain ainsi que de nombreux lieux dans la métropole.
Le Musée des Beaux-Arts de Lyon présente « A la recherche des hiéroglyphes oubliés » à l’occasion de la célébration du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion. Le Musée Gadagne, Musée d’Histoire de Lyon, invite à découvrir les relations de la ville à ses fleuves, avec l’exposition « Les pieds dans l’eau. Vivre avec le Rhône et la Saône ».
Les visiteurs du musée des Confluences pourront choisir entre son parcours permanent et les expositions temporaires, parmi lesquelles « Nous, les fleuves », qui donne la parole aux fleuves du monde, rappelant les liens qui unissent les sociétés humaines aux fleuves, ainsi que « Magique », un panorama des pratiques magiques, à travers l’histoire et les cultures.
Le Musée de l’Imprimerie et de la Communication Graphique propose avec « Bijou Bijoux » une approche inédite de l’univers du bijou, principalement par le prisme des livres et de documents imprimés.
CONTACTS PRESSE
AGENCE ALAMBRET COMMUNICATION
PRESSE NATIONALE
Leïla Neirijnck / Louise Comelli
tel : 01 48 87 70 77
E-mail fetedeslumieres@alambret.com
AGENCE GÉRALDINE MUSNIER
PRESSE RÉGIONALE
Géraldine Musnier / Margot Dupart
margotagencegeraldinemusnier@gmail.com
geraldine@agencegeraldinemusnier.com
04 78 91 06 07
VILLE DE LYON
Laetitia Latapy
laetitia.latapy@mairie-lyon.fr
04 72 10 54 15
Article précédentFestival auralpin des étudiants.es en journalisme : des projets variés et innovants
Article suivantSoirée Carrières Club V.I.E Auvergne Rhône-Alpes : carton plein au Mantu Lyon