Accueil économie Cojecom assure la performance digitale : display, trafic, génération de leads,...

Cojecom assure la performance digitale : display, trafic, génération de leads, vente en ligne,…

Si pour certaines entreprises ce n’est que la 1ère fois, COJECOM en est, cette année 2020, à sa troisième distinction consécutive parmi « Les champions de la croissance » de France selon les enquêtes de l’institut Statistica et Les Echos. Cela résulte de son combat quotidien pour l’excellence, l’innovation en continue. Derrière ses victoires se cachent une trentaine de collaborateurs aguerris aux stratégies de communication digitale, avec notamment, des logiciels pour éditer des sites web, etc. « Ce qui m’anime aujourd’hui, c’est de la fierté et l'envie de poursuivre l’aventure », confie Jérôme Soleymieux, 42ans, ceo COJECOM. Cette PME villeurbannaise a vu le jour en juin 2013 sous le format de régie publicitaire. Mais elle prend le virage du numérique depuis 2010. Cojecom se différencie des autres de part sa transparence avec les clients et son désir d’innovation. C’est-à-dire qu'avec leur outil Canalytics, chaque client suit la performance de sa campagne publicitaire sur internet. Chiffre d’affaire en 2019 : 6 millions d’euros.

0
team Cojecom : Chloé Ségarra, Jérôme Soleymieux, Ciro Jaen Paniza, Doryne Mercier, Pauline Soyer, Jérémy Bousseau, etc
team Cojecom : Chloé Ségarra, Jérôme Soleymieux, Ciro Jaen Paniza, Doryne Mercier, Pauline Soyer, Jérémy Bousseau, etc

Portrait Entreprise Rhône – #Cojecom : ultra personnalisation au service de la performance digitale

Issu d’une école de commerce, Jérôme Soleymieux était en alternance dans le média « Le Petit Bulletin ». Après son diplôme, il poursuit comme beaucoup son parcours dans une entreprise durant deux ans. Cette expérience a révélé ses capacités, sa soif d’entreprendre. Aussitôt il se jette dans la gueule de l’entreprenariat et crée en 2003 Cojecom :
« Efficace ! C’est le terme qui me vient immédiatement en tête pour décrire Jérôme. Il possède une vision 360° d’un projet et l’analyse sous toutes ses coutures. J’ai travaillé pendant plusieurs mois à ses côtés en tant qu’assistante de projet et j’ai été impressionnée par sa capacité à analyser une problématique et proposer une solution digitale efficace et ambitieuse. » témoigne Juliane Dubois, ex collaboratrice à Cojecom.
Installé  au départ dans la plus grande « ville de banlieue » de France, Villeurbanne, puis quelques année après, à « La Belle Endormie » (Bordeaux), Cojecom a développé une box qui permet de créer et de générer des visuels publicitaires pour tous types de supports. Ce outil est un gage de transparence fructueux pour les entreprises. « Elles n’ont plus besoin de dépenser une grosse partie de leur budget auprès d’une agence de création et peuvent en consacrer l’essentiel à la diffusion », souligne le fondateur. 
Retour sur les actions, valeurs racontées par  Jérôme Soleymieux

Genèse de Cojecom

En 2003, mais le modèle de l’entreprise était très différent ; j’ai monté Cojecom car je voulais développer ma propre structure dont l’objectif était l’édition d’un journal gratuit destiné aux étudiants. Ensuite, j’étais sous-traitant d’une média national en terme de régie publicitaire. Mais j’ai toujours eu la volonté de créer une solution, un produit innovant.
Le déclic a été dans la prise en régie de Weborama puis le passage au RTB en 2010. Un alignement des planètes en quelque sorte. Déjà parce que le digital était encore naissant, et très basé sur des solutions de réferencement.
Le display était peu voir pas utilisé et les réseaux sociaux venait à peine d’éclore. Donc, avec mon équipe de l’époque qui avait envie de créer quelque chose de nouveau, on a décidé de se lancer dans l’aventure du marketing digital en privilégiant l’innovation au service de la performance.
Donc : une équipe + un besoin des clients de générer de la performance + une grosse dose d’innovation = le nouveau Cojecom dès 2010.
A la base, l’idée était juste de lancer un titre et puis ensuite, les rencontres et les opportunités ont fait que Cojecom a évolué sur le digital.

Les différentes actions de Cojecom

Cojecom a compris très vite que ses concurrents s’intéressaient d’avantage à Internet qu’aux internautes. Qui n’a jamais entendu de la part d’un référenceur cette phrase ‘ça, ça va plaire à Google’…comme si finalement, l’objectif était de plaire à Google…
On s’est rendu compte aussi que les entreprises empilaient des solutions les unes aux autres : le site était créé par une agence, puis critiqué par celui qui fait le SEO qui lui même est critiqué par le webmarketeur.
Au final, on se rendait compte qu’il n’y avait pas toujours la cohérence nécessaire entre l’objectif et les moyens mis en place. On a donc décidé d’orienter notre offre autour des internautes et de partir d’eux pour adapter les moyens et non l’inverse.
On a vu quatre éléments qui nous semblaient et qui nous semblent toujours importants. Déjà le scoring de la cible. C’est le point de départ. La data, comme on pourrait dire, et notre partenariat avec Weborama dès 2009 nous a aidé dans ce sens. On voulait non pas scorer l’internaute pour ce qu’il était (en terme de persona) mais plutôt pour l’intention qu’il avait dans l’achat du produit ou du service de nos clients.
Par exemple, pour le ski, on ne cherche pas à atteindre les passionnés de ski, mais à différencier l’internaute qui est déjà venu dans une station, de celui qui ne sait pas encore dans quelle station il souhaite partir, de celui qui ne sait pas encore s’il va partir au ski l’hiver prochain.
Et c’est ça qui est essentiel. Car de cela se crée une stratégie et des moyens différents. En cela Cojecom est singulier. Là où les autres webmarketeurs diront ‘je vais toucher les internautes intéressés par le ski’, nous, nous allons chercher dans ces personas, le degré d’intention pour avoir une stratégie différente.
Cette ultra-personnalisation que nous avons développé est centrale pour nos clients et pour la rationalisation des moyens donnés sur une action.
Ensuite, nous développons tous les points d’intéraction qui vont chercher à convaincre l’internaute : le média sur lequel on le retrouvera, la création qui permettra d’attirer l’attention de l’internaute (différente selon l’intention) et la page de destination qui là aussi sera différente selon le client.
On est un peu ‘intégriste’ dans notre façon de faire et pour nous, le plus haut niveau de performance ne peut se faire que si le scoring est bon. Nous nous laissons toutes les possibilités de toucher le client en ouvrant sur le maximum de média avec un message adapté au besoin de l’internaute et une page de destination qui reprend et détaille ce qui a fait que l’internaute est arrivé.
Sur la page de destination, il nous semble majeur qu’elle soit différente selon l’intention de l’internaute. Un internaute qui est prêt à convertir n’a pas besoin de beaucoup d’arguments, ce qui est différent d’un internaute qui ne connaît pas la marque. Cette adaptabilité a été rendue possible chez Cojecom par la création de logiciels et une vision très R&D dans l’automatisation, le scoring,…
Nous avons développé près de 10 logiciels différents qui ont pour objectif de créer cette ultra-personnalisation. Sans ces logiciels, nous ne pourrions aller aussi loin.

Qui sont vos cibles ?

Toutes les entreprises ou collectivités à la recherche d’efficacité sur le digital. Toutes celles qui voient en internet un enjeu business (qu’il soit crée ou à créer) et qui ont envie de comprendre en toute transparence comment réussir sur le digital.

Quel est votre business model ?

Transparence : on facture du temps homme sur les actions à mener avec la mise à disposition de spécialistes.

La clé de notre succès

Transparence avec nos clients et désir d’innovation

Les projets à court et à long terme 

Continuer ! développement commercial, et technologique pour montrer que Cojecom apporte une valeur différente de ce qu’on retrouve sur le marché.

En quoi êtes-vous différents de vos concurrents ?

Innovant, pragmatique et transparent
Nos logiciels Cojebox permettent de créer en quelques minutes de multiples pages de destination en fonction de l’internaute //
Cojestimator, un outil créé avec le laboratoire de recherche LIRIS et INSAVALOR pour mesurer le budget média idéal à mettre pour aller chercher des cibles //
Cojeshop, l’outil qui crée des pages de destination e-commerce // Cojetime, le logiciel qui permet de voir quel est le parcours type des converteurs sur un site et ainsi cibler son retargeting….
La transparence se fait à plusieurs niveaux; déjà dans l’explication que l’on va transmettre à nos clients; transparence sur nos tarifs; les budgets médias, transparence sur les résultats. Nous faisons régulièrement des formations pour expliquer ce qu’est une conversion post-clic, post-view,…. : un peu de la pédagogie.

Que pensez-vous du monde après cette crise sanitaire #covid19 ?

Dur à dire pour le moment. Deux  modèles :
soit on va revenir comme avant et dans 2 ans on se dira ‘tiens tu te souviens quand on était confiné’ ;soit un monde nouveau qui reste à définir. Mon avis penche pour la première solution.

Une petite anecdote pour finir l’interview ?

On a un client (un gros organisateur de salon) qui était en concurrence avec un autre salon. On a lancé une grosse action de com’ et lorsque le concurrent s’en est rendu compte, il a contacté notre client en disant que ce qui avait été fait était top. Actuellement eux deux sont réunis en une seule entité ! 👏
Plus d’info
 
Cojecom
Mail : jsoleymieux@cojecom.com
Tel : 04 72 07 76 18
www.cojecom.com 
Adresse : Avenue Albert Einstein 13 69100 Villeurbanne France

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici