Home économie OBIZ concept, le réseau d’avantages éthique « made in Lyon »

OBIZ concept, le réseau d’avantages éthique « made in Lyon »

#innovation Lyon, #paroleauchefdentrepriseCréé le 24 décembre 2010, cette start-up « cadeau de Noêl », OBIZ Concept est triple lauréat du Pass FRENCHTECH et le grand inter CE existant. Avec un chiffre d‘affaire de 3.389.300 en 2017, cette startup est en pleine expansion et s’installe à l’international : Belgique, Chine, etc. « On est là pour renforcer le lien affectif entre une marque et ses clients en proposant une solution de marketing relationnel éthique avec une forte dimension RSE »Brice Chambard.Cependant avec ses 35 collaborateurs OBIZ est une entreprise à taille humaine et veut maîtriser son développement et son évolution pour rester fidèle à ses valeurs, et à ses cinq piliers fondateurs :1- L’Homme et le travail en équipe (65% de l'effectif est féminin) 2- Soutenir une dynamique RSE (Santé, emploi, développement durable, pouvoir d'achat, ...) 3- Travailler sur le leadership pour être et rester au top de son secteur 4- Travailler et innover constamment (Se remettre en cause ...) 5- Avoir une dynamique internationale

0
SHARE

#innovation Lyon, #paroleauchefdentreprise

Créé le 24 décembre 2010, cette start-up  « cadeau de Noêl », OBIZ Concept est triple lauréat du Pass FRENCHTECH et le grand inter CE existant. Avec un chiffre d‘affaire de 3.389.300 en 2017, cette startup est en pleine expansion et s’installe à l’international : Belgique, Chine, etc.

« On est là pour renforcer le lien affectif entre une marque et ses clients en proposant une solution de marketing relationnel éthique avec une forte dimension RSE » Brice Chambard

Cependant avec ses 35 collaborateurs OBIZ est une entreprise à taille humaine et veut maîtriser son développement et son évolution pour rester fidèle à ses valeurs, et à ses cinq piliers fondateurs :

1- L’Homme et le travail en équipe (65% de l’effectif est féminin) 

2- Soutenir une dynamique RSE (Santé, emploi, développement durable, pouvoir d’achat, …) 

3- Travailler sur le leadership pour être et rester au top de son secteur  

4- Travailler et innover constamment (se remettre en cause, etc.) 

5- Avoir une dynamique internationale

La rédaction Press Relations Lyon a réalisé un documentaire-portrait de l’entreprise.

Pouvez-vous parler de votre société ?

Bonjour je m’appelle Brice Chambard je suis le président fondateur de l’entreprise OBIZ Concept.

OBIZ est une solution de marketing relationnel éthique qui est innovante à plusieurs titres.

D’une part on a trouvé de l’innovation d’usage et d’autre part on a développé de l’innovation technologique puisqu’on a une plateforme technologique propriétaire qui est issue de 8 ans de  R&D et qui est aujourd’hui considérée comme le couteau suisse du marketing relationnel.

Donc on a différentes briques qui vont répondre à des problématiques de marketing relationnel et avec une dimension relationnelle forte mais surtout éthique. Donc on est vraiment sur une responsabilité sociétale des entreprises qui est forte au sein d’Obiz.

Les Missions de OBIZ Concept

On a 3 missions principales :

la première, c’est donner l’accès au plus grand nombre à des activités liées au sport, au loisir, au bien être et au mieux-vivre. Donc il y a une dynamique de santé publique.

La deuxième, c’est soutenir l’économie locale, donc on parle du soutien des commerçants, des artisans, des PME, des associations quelles soient sportives ou culturelles. 

Donc in fine en toile de fond c’est  protéger l’emploi ou arriver à créer de l’emploi et en tout cas on a la faiblesse de penser que quand on va faire la promotion des commerces de proximité et bien on va pouvoir aussi peut-être moins prendre son véhicule donc peut-être moins polluer la planète. 

Et la troisième point c’est travailler sur le pouvoir d’achat c’est un sujet qui cristallise les passions actuellement mais surtout qui est un sujet de société au même titre que la pratique du sport mais vraiment aujourd’hui le pouvoir d’achat est un sujet fondamental et qu’il faut résoudre. Et bien on a la vocation de travailler sur le soutien et l’augmentation du pouvoir d’achat du plus grand nombre.

Exemple pour mieux comprendre les actions de OBIZ

Un exemple concret aujourd’hui : l’ensemble des artisans, donc il y a 1,3 millions d’artisans en France, qui bénéficient gracieusement de nos solutions et qui vont pouvoir bénéficier d’offres exclusives  pour leur mieux être et leur mieux vivre.

Donc par exemple : aller dans un parc d’attraction, faire une sortie de ski, partir en voyage, aller au restaurant alors qu’avant ce n’était pas possible, c’était réservé aux grands groupes. Donc si je veux résumer aujourd’hui, on est le plus grand inter CE existant, donc inter comité d’entreprise qui ne s’adresse pas aux comités d’entreprises.

Et on a un deuxième exemple : c’est qu’on va permettre à l’artisan de faire la promotion de ses offres, donc d’augmenter  sa visibilité notamment sur internet.

Donc on accompagne à la digitalisation des entreprises de toutes tailles, entièrement gratuitement, et on va lui permettre d’une part d’augmenter son chiffre d’affaire, d’autre part réduire ses coûts de structure. 

On est vraiment dans le soutien économique de l’acteur local.

Aujourd’hui nous avons cette expertise marketing et comme je vous le disais tout à l’heure nous avons cette plateforme technologique propriétaire qui est vendue à des grandes entreprises comme Axa, Vinci, EDF, Total, ou d’autres qui vont utiliser cette plateforme technologique et qui vont nous payer, donc c’est là où on gagne de l’argent. 

Après au-delà de ça on est ni loueur, ni vendeur de DATA, on va pas avoir des liens financiers avec nos partenaires ni droit d’entrée, ni rétrocession sur le chiffre d’affaire généré. Le seul fruit de notre travail, c’est vraiment les grands comptes qui nous soutiennent et qui ont envie de faire valoir aussi leur dynamique RSE. Quand une marque comme AXA, décide de travailler avec nous, c’est aussi pour soutenir l’écosystème local et augmenter le pouvoir d’achat du plus grand nombre.

Pourquoi avez-vous créer OBIZ ?

J’ai créé Obiz pour répondre à ces problématiques là. C’est-à-dire d’une part travailler dans la dimension sportive, d’autre part travailler sur le soutien économique des acteurs locaux et troisièmement, c’est augmenter le pouvoir d’achat. 

J’ai un parcours professionnel où j’ai travaillé pendant plus de 20 ans dans des grandes entreprises et quand j’ai créé Obiz, c’était pour d’une part mettre en relation le monde des grandes entreprises que je connaissais et d’autre part plus de 25 ans d’activités associatives qui m’ont permis d’identifier des problématiques, des enjeux de société sur lesquels j’avais envie de travailler : dont la santé publique, le soutien économique et donc l’emploi, le développement durable et le pouvoir d’achat.

Quelques prix remportés par OBIZ

On est triple lauréat du Pass FRENCHTECH, on a eu des prix européens, on est soutenu par la commission européenne. Nous avons eu plusieurs Seal of Excellence, donc la commission européenne nous a tagué comme étant une entreprise en hyper croissance et avec un potentiel important mais je crois que le prix qui a pour moi beaucoup de valeur c’est le trophée Jean Gaudry qui est l’un des premier trophées qu’on a obtenu en 2012 ou 2013 et c’était pour la dimension sociétale que l’on avait puisque la première collaboratrice qu’on a embauché était une personne handicapée moteur, avec un handicap lourd et donc ça ça a été pour nous la première satisfaction d’avoir été reconnu comme une entreprise qui favorisait la diversité.

L’historique de OBIZ !!!

J’ai créé cette entreprise en 2010, l’entreprise Obiz a été créée fin 2010, les statuts ont été déposés le 24 décembre 2010 : c’était un cadeau de noël.

Le premier site internet est sorti en juin 2011 et j’ai été rejoint dans l’aventure par Christophe Labare qui est un ami Saint Cyrien et qui est aujourd’hui directeur général et qui a vraiment participé pleinement à l’aventure Obiz et à sa croissance. 

La première collaboratrice a été donc une personne handicapée moteur qui s’occupait de la comptabilité mais oui j’ai commencé seul, d’une feuille blanche.

35 collaborateurs aujourd’hui, une entreprise en hyper croissance, qui continue de recruter, qui a des prévisions  de recrutement pour 2019, qui a des perspectives de croissance en France et à l’international.

On est parti en Chine récemment, on est en Belgique depuis 2015 et nous avons des velléités de partir à l’international.

Je pense que la dynamique RSE, tout ce qui touche à l’impact sociétal a du sens.

Je pense qu’aujourd’hui qu’on est une entreprise qui très clairement travaille avec une volonté de donner du sens à nos actions au quotidien. On a l’exemple de quelqu’un qui était passé par Harvard, après avoir fait HEC Montréal, qui avait un profil  DATA scientist qui avait pléthore d’offres, quelques fois beaucoup mieux payer que ce qu’on était capable de proposer au sein d’Obiz, mais qui a préféré venir rejoindre l’aventure parce que , il y avait encore une fois cette notion de sens, je pense que ce qui ressort dans l’entreprise auprès de nos clients, auprès de nos partenaires, auprès de nos bénéficiaires, c’est la bienveillance générale. 

Nos collaborateurs ont le souci de satisfaire les interlocuteurs. On est vraiment dans le care, dans la volonté de donner . 

Je suis vice-président de Lyon Frenchtech également  et y a quelque chose de qui est très important au sein de Frenchtech, c’est être dans le give : donner des choses, donner du temps, donner de l’argent quelque fois, mais donner avoir un impact positif, le take for good.

On a plusieurs valeurs fondamentales : 

La première; c’est l’éthique, la transparence, la proximité puisqu’on travaille avec des acteurs de proximité. L’esprit de service c’est quelque chose qui pour nous est fondamental, on est vraiment là pour satisfaire les clients. Et ça c’est vraiment les valeurs qui nous caractérisent, l’esprit de service, transparence, intégrité c’est des valeurs qui sont pour nous fondamentales.

J’ai de l’expérience dans des grands groupes avant, où j’étais un des cadres dirigeants dans des multinationales, qui étaient positionnées à l’international, avec des gestions d’équipe beaucoup plus importantes que 35 personnes.

Après c’est vrai que c’est pas forcément évident parce que aujourd’hui on est à une taille critique et ça pour moi c’est la taille qui est un peu idéale. On se fait la bise tous les matins, on connaît nos histoires, et vous avez utilisé un terme qui est important pour moi c’est la famille. Donc on a vraiment cet esprit de famille mais c’est vrai que plus on va grossir plus il va être difficile de garder cet esprit familial donc on va tout faire pour, ça va pas être évident, ça fait partie des chalenges mais il est clair que cet esprit familial est pour moi quelque chose de très important.

Quelques prénoms des collaborateurs

Très rapidement je peux vous citer, sans ordre d’importance. On a plus de 60% de femmes, si je vous donne quelques prénoms comme ça on va dire Nanouchka, caroline, Léa, Audrey, Caroline, Chloé, Julie, Marie Eve, Céline, Aude, Marion, Loïc, Stéphane, Joséphine, Molly, Christophe, Jinny, Stéphan, Jean David, Loïc, on a 2 Loïc, Camel, Geoffrey qui a rejoint l’équipe y a pas très longtemps, je crois qu’on est pas loin, on a fait le tour.

Pouvez-vous nous parler de vos projets ?

A court terme, vous voyez tout ça sur mon bureau là, il y a les clients existants, là il y a les projets de nouveaux clients, là y a des choses à développer en interne, protection intellectuelle ce genre de choses, çà c’est de la finance, là il on est sur des nouveaux domaines d’activités stratégiques donc y en a pas mal et là c’est toutes les activités associatives.

Donc dans les activités associatives, on va trouver Handicap International parce que je suis membre du conseil d’administration d’Handicap International, je reviens d’un voyage au Cambodge, très intéressant, passionnant même. Je suis président d’une association qui s’appelle à la découverte des professions qui organisait ses 50 ans samedi dernier.

Je suis également membre du réseau Entreprendre, pour accompagner des entreprises pour leur développement. Membre de Cent mille entrepreneurs, ça c’est plutôt pour témoigner dans les lycées ou les établissements d’enseignement supérieur pour témoigner de la richesse de créer une entreprise  que c’est bien, que c’est important, que ça donne du sens.

Mais je suis également Président d’un club de boxe à la Croix Rousse depuis de nombreuses années.

Président d’une association qui s’appelle  Entreprendre et Sport, qui vise à aider les sportifs de haut niveau dans leur reconversion professionnelle. Plus, plus, plus pleins d’activités associatives qui me nourrissent, et qui donnent encore plus de sens à mon quotidien.

Conseils aux entrepreneurs

Je pense que quelqu’un qui échoue, je ne veux pas paraphraser Nelson Mandela, tout le monde connaît, « tout ce qui ne tue pas rend plus fort » mais c’est pas ça, c’est soit je gagne soit j’apprends. Je pense qu’il faut vraiment savoir faire preuve de résilience, de courage et de persévérance.

Ça ! c’est des valeurs qui pour moi sont fondamentales, il faut persévérer, il faut être courageux, il faut continuer à croire en son projet. Et peut-être à un moment de se dire mais rien ni personne ne m’empêchera de réaliser ce que j’ai vraiment envie de réaliser, rien ni personne ne m’empêchera de réaliser ce que j’ai réellement envie de réaliser.

A partir du moment où on a trouvé du sens dans ce que l’on fait, il faut y aller avec courage, persévérance et ça ne peut que fonctionner, il faut du sens. Après il faut bien entendu avoir un réseau à activé, c’est pas anodin, je veux dire il faut avoir des personnes de confiance sur qui on peut compter et des personnes qui peuvent compter sur nous.

Et  après encore une fois, quand on a pris la décision de créer, il faut y aller avec courage et avec beaucoup de cœur. Je crois que le cœur, la générosité est un point qui est pour moi fondamental.

Par exemple au sein d’Obiz on est une entreprise rentable depuis 5 ans à peu près ; il n’y a pas de dividendes, il n’y a pas de dividendes, il y a zéro dividende qui remontent aux actionnaires, y a pas de fonds d’investissement mais 60% du profit est consacré à de la recherche au développement et au recrutement de nouveaux talents.

35%  des bénéfices est répartie de manière équitable entre chaque collaborateur et 5% est donné à des actions sociétales comme Handicap International, comme l’Enfant Bleu qui défend l’enfance maltraité, comme MSF, comme d’autres, on soutien les sportifs de haut niveau.

Pour nous ça a du sens mais je pense que fondamentalement il faut avoir ce sens, question de sens.